• Mali Baoulé

    Focus pays 2008 :

    En 2008, les pluies ont été abondantes au Mali ! La hauteur des cours et des reserves hydriques est remontée, facilitant ainsi l'irrigation des terres cultivables. L'opération " pluie provoquée" a également été menée pour la 3eme années consécutive; elle consiste à detecter les nuages contenant de l'eau, puis à les boombarder par avions avec des produit chimique provoquant une tombée de pluie sur les zones ciblées. L'objectif est de réduire le déficit pluviométrique et d'améliorer la production agricole. En 2008, les récolte ont été supérieures de 1.5 tonne à celle de l'année précédente. 


    Le programme de Baoulé

    Début du parrainage : 2007

    Fin éstimée du parrainage : 2020

    Enfants parrainés : 1041

    Enfants attendant d'être parrainés: 434

     

    Grâce aux parrains :

    - 1 200 moustiquaires imprégnées distribuées aux enfants de 3 à 5 ans

    - Des chaussures offertes à tous les enfants du programme

    - 1 village supplémentaire intégré au programme de parrainage

    - Un local achété dans le village de Diédeni pour vision du monde Mali afin d'assurer un suivi plus proche des enfants

    Grâce aux dons , Vision du Monde a amélioré les conditions de vie de vos filleuls à Baoulé en agissant sur l'éducation, l'information et la sensibilisation des enfants à des questions de santé et d'accés à l'eau.

        Education

     Taux de scolarisation en hausse à Baoulé

    De nombreuses écoles de Baoulé ont noté une forte mobilisation des parents qui s'impliquent davantage dans les questions relatives à l'éducation, la santé et la protection de leurs enfants. Nous éspérons encore augmenter le taux de scolarisation ses prochaines année grâce aux dons !

    Des directeur d'école témoignent de l'empressement des parents à inscrire leurs enfants à l'école. Ils assurent que vision du monde a facilité leur travail dans ce sens et Mamadou Sacko, directeur de l'école de premier cycle de Sagabala témoigne :" Nous avons pu réhausser le taux de recrutement à 90% alors qu'il était à 35%, 45% et 60%, les trois derniére années"

    En outre, 3 nouvelles salles de classe vont prochainement voir le jour à Balla, petit village de la commune de Diédéni. Les enfants pourront alors étudier dans les meilleurs conditions.

     

    Santé

    Sensibilisation et accès à l'eau potable

    - Le 16 juin 2008 a eu lieu la Journée de l'enfant africain à travers toute l'Afrique. A l'occasion de cet événement, les enfants du programme et leurs parents ont été invités à Didiéni dans la cour de l'école. Les équipe de Vision du Monde ont profité de ce moment pour fournir des informations sur des questions de santé et notamment l'importance des moustiquaires imprégnées pour se protéger du paludisme.

    - 19 enseignants ont reçu un formation sur le VIH-sida et ont dispensé des cours à près de 900 élèves, qui disposent aujourd'hui d'information fiable sur la maladie.

    -Un puit traditionnel menacé d'effondrement à Barakolobougou a pu être entierement rénové. Ce puits constitue depuis la fondation du village la seule source d'eau, et cette r&habilitation permets aux habitants d'avoir accés à une eau potable tout au long de l'année.

      

    Alors si vous aussi vous voulez aider un enfant du Mali ou d'ailleurs n'hésité pas. Plein de site existe. Vous en trouverez quelque uns dans les liens de mon blog.



     

     

     

     

     



     


    votre commentaire

  • La Cité-Soleil est l'un des bidonvilles les plus importants de Port-au-Prince. D'une extrême pauvreté, il regroupe environ 400 000 habitants.

     

     

     


    C'est là que Denis Puthiot, infirmier bénévole, fonde en 1982 avec l'appui de SOS Enfants une école

     

    de rue, l'Ecole Mixte Saint-Alphonse dont l'objectif est d'offrir de véritables conditions de

    scolarisation aux enfants les plus démunis du bidonville qui, sans cela, n'auraient pas eu accès au

    système éducatif. 

    C'est la première école gratuite du bidonville.

    Très vite, une cantine scolaire est ouverte, offrant un repas quotidien à ces enfants qui, bien souvent, ne prennent qu'un repas tous les deux ou trois jours ...

    L'école se voit également adjoindre un dispensaire permettant un suivi médical des élèves et de leur famille, ainsi que des plus défavorisés du bidonville.

    Depuis la création de cette école, des milliers d'élèves ont pu recevoir un enseignement adapté ainsi qu'une formation à un métier pour la majorité d'entre eux.

    Actuellement, l'école dispose, d'une capacité d'accueil de 1000 enfants dans des locaux construits en dur avec la participation des habitants de la Cité Soleil.

    Durant 15 ans, SOS Enfants a assuré la gestion de l'école, par l'intermédiaire de Denis Puthiot et d'un groupe de volontaires expatriés encadrant les professeurs Haïtiens.

    Parrainage d'enfants en Haïti Mais peu à peu, il a semblé souhaitable d'impliquer davantage les Haïtiens eux-mêmes dans cette gestion.
    Nous avons ainsi suscité la création du CASA, Conseil d'Administration de Saint-Alphonse, constitué en majorité de parents d'élèves, de professeurs et surtout d'anciens élèves de l'école.

    Cette équipe haïtienne a fait ses preuves depuis, assumant entièrement la direction et la gestion de l'école ainsi que de ses différentes structures.

    Mais si l'autonomie administrative semble atteinte, il n'en est pas de même sur le plan des ressources financières.
    SOS Enfants continue de soutenir l'école grâce aux dons des parrains et marraines qui se mobilisent pour la scolarisation de ces enfants de la Cité Soleil.
    Il reste un effort à fournir pour assurer la cantine scolaire. Le faible budget de l'école ne permet pas, actuellement, de garantir le repas quotidien indispensable pour les enfants.

    Pour cela, nous avons besoin de nouveaux parrains et marraines.
    Si vous le souhaitez, vous pouvez vous associer à cette action
    et parrainer des enfants du bidonville de la Cité Soleil sur le site SOS ENFANTS.


     

     

     

     


    votre commentaire
  • Voici quelque dessin fait par des enfants africain sur le théme des droits de l'enfant.

     

                                       Muhindo Cavalier  - 14 ans

    Enrôlement forcé des enfants soldats.

     Cherchons comment réintégrer les enfants soldats démobilisés dans la société.

     

                                         Isabelle Kahimbo - 11 ans

     

    Protection des enfants. 

     Comme les parents nous protègent de la pluie, qu’ils nous protègent de même quand il s’agit de nos droits. Les enfants ont besoin de la protection des adultes.

     

                                         Ygal Kakule - 14 ans

    Article26 : droit à l'éducation.

    Kakule présente une écolière qui quitte son village pour aller à l'école.
    Les villages doivent favoriser l'éducation des filles.

    la place du violeur est en prison. 

     Avec la guerre, les enfants découvrent l’horreur des violences sexuelles faites aux femmes, filles et enfants. Malheureusement les violeurs restent impunis moyennant des pots de vin. Les victimes restent, par contre, traumatisées, handicapées, parfois exclues de la société. Nous souhaitons pour le Congo de demain que cet acte soit réprimé tel que prévu par la loi. Un maître nous a dit que la peine prévue est de 20 ans de prison.

     

                                           Emanuel Kambale - 13 ans

    La Paix pour tous. 

     Les enfants rêvent de paix, quelque soit leur ethnie. Tous pleurent la paix.

     

                                        Eusebe Kasereka - 10 ans

    Les enfants réclament l’instruction. 

    Il est demandé à tous ceux qui vont nous gouverner demain de prendre  en compte l’instruction des enfants. Près de 50% des enfants en âge de scolarisation, ne vont pas à l’école ou n’ont pas les moyens d’étudier à cause de la pauvreté. Il faudra que l’éducation gratuite pour tous les enfants soit une réalité afin de réhabiliter les enfants dans leurs droits .

     

                                         Jonathan Kasereka - 13 ans

    Je suis parmi les rescapés du massacre de Buramba en décembre 2004. Ceux qui ont tué des paysans et des vieillards sont des militaires connus de tous. Nous demandons que la justice soit un jour faite envers les victimes.

     

                                          Rina Kasereka - 15 ans

                               Article 15 : droit à la nationalité et à l'identité.

                 Rina présente un congolais qui jouit de sa nationalité congolaise. C'est un
                              droit qui pourtant a fait couler du sang.

     

                                            Talita Kavira - 12 ans


    Sans scolarisation, cette fillette sera condamnée au mariage précoce. 

     A cause de cette guerre, les filles à la campagne n’ont pas la chance de pouvoir étudier. A cause de l’ignorance, les filles se marient à l’âge de 13 ou14 ans. Elles ne connaîtront pas leurs droits. Considérées par leur mari comme des pondeuses d’enfants, du matin au soir elles sont condamnées aux travaux des champs. Il faut que les filles aussi étudient..

     

                                       Alain Manegabe - 17 ans

    Article 3 : droit à la vie.

    Une fille accusée de sorcellerie est lapidée par la population de Goma.
    Alain qui a assisté à cette scène de violence, reconnaît que cette fille a
    droit à la vie.

     

    Les enfants  sont victimes du sida. 

    Le monde souffre de la pandémie du VIH/sida. Comme toujours les enfants, personnes vulnérables sont soit victimes de cette pandémie, soit sont des enfants orphelins dont les parents ont été victimes de cette pandémie.

    Le monde ne doit pas rester à l’écart sans venir en aide aux enfants victimes qui vivent dans une misère totale. 

     Tous nos villages sont atteint par le VIH/sida, alors qu’il y a dix ans cette maladie n’était pas connu dans notre village. Avec la guerre, c’est à dire la présence de militaires étrangers à nos villages, tout le monde a été exposé

     

                          Julles Mathumo - 16 ans


    Article 16 :  liberté de choisir son mari ou sa femme.


    Mariage par rapt et forcé, une tradition locale autorise cette pratique qui
    est contraire aux droits humains et encore autorisée de nos jours.

    Jules présente le « Guterura » qui est un mariage  forcé. Les hommes
    prennent de force la fille qui doit désormais devenir l'épouse d'un de ces hommes.

     

                           Gloire Matoleo - 12 ans

    Article 3 : L'eau c'est la vie.

    Droit à la vie alors qu'il n'y a pas d'eau à Goma et ses environs.

     

                           Jose Mbusa - 7 ans

    Article 3 : Droit à la vie.

    Jose présente une population qui demande de l'eau : maji, maji,maji.
    Une personne leur offre une goutte d'eau. Tous veulent en bénéficier.


    2 commentaires
  • Les fillettes en première ligne

    Tandis que des millions de jeunes françaises ont repris le chemin de l’école, aux quatre coins du monde, des millions d'autres petites filles restent à la maison et n’achèvent pas leur scolarité ...

     


    Le mariage précoce entretient la spirale infernale de la pauvreté et de l’illettrisme

    Le mariage précoce compromettra l’avenir de près

    de 100 millions de filles dans les dix prochaines années. La grande majorité d’entre elles n’achèveront pas leur éducation. Elles seront exposées à un risque élevé de transmission du VIH et risqueront leur vie pendant la grossesse et l’accouchement.

    Nos équipes ont constaté que la crise alimentaire actuelle exacerbe le recours à cette pratique, en contraignant de plus en plus de familles à marier leurs filles pour combattre contre l’extrême pauvreté et la faim. En effet, pour les parents, le mariage d’enfants est souvent considéré comme une stratégie de survie économique.

    En Afrique, la tradition veut souvent que le nouvel époux remette une somme ou un bien à la famille de l’épousée lors de l’union. Cela peut représenter une amélioration substantielle de la qualité de vie d’une famille pauvre. En même temps, les parents de la jeune fille se verront libérés de la responsabilité de subvenir aux besoins de la jeune fille. Dans de nombreux cas de grande pauvreté, les parents les plus attentionnés seront ainsi tentés de recourir à cette solution.

    Alors qu’elles devraient grandir dans l’insouciance, ces petites filles se sont déjà vu confier de lourdes responsabilités d’adultes : tâches domestiques, grossesses précoces, enfants en bas-âge, époux et belle-famille.

    Le schéma est presque toujours le même : 

    • La jeune fille, contrainte de quitter sa famille, va vivre chez un homme plus âgé qu’elle n’a
       pas choisit. 
    • Elle arrête d’aller à l’école, ce qui compromet son développement intellectuel et l’isole des enfants de son âge.
    • Des rapports sexuels forcés et non-protégés l’exposent aux d’infections (d’autant plus que la croyance selon laquelle des rapports sexuels avec une fille vierge est susceptible de guérir un malade du Sida est répandue) et aux grossesses précoces. La grossesse d’une jeune fille étant sujette à des complications, cette jeune mariée courra un risque important de donner naissance à un enfant prématuré ou même de mourir.
    • Enfin, il est fort possible que la jeune mariée subisse des violences conjugales et soit maltraitée par sa belle famille.

    Les cycles de la pauvreté, de la maladie et de l’ignorance se perpétueront tant que le développement et les droits des filles seront bafoués.


    C’est pourquoi la réussite de notre action communautaire est intimement liée à la lutte contre toutes les formes de violences faites aux femmes et pour le respect de leurs droits.

    Ces pratiques néfastes, enracinées dans des mythes et la méconnaissance de la sexualité féminine, sont perpétuées à cause du système patriarcal qui prédomine dans la majorité des pays du monde.  En résultent des normes sociales basées sur la subordination des femmes aux hommes, ces derniers bénéficiant du travail gratuit des femmes dans la sphère domestique et aux champs.

    Toutes les études démontrent pourtant que l’un des facteurs de développement les plus efficaces, et peut-être le meilleur investissement dans les pays pauvres, est l’éducation des filles. De fait, le succès de nos programmes de développement dépend en grande partie de l’émancipation des femmes, et nous veillons à leur accorder un rôle important dans la définition des projets et pour leur mise en œuvre.

    Avant qu’elle soit prête : 15 pays où les filles se marient avant 15 ans” est le dernier rapport de Vision du Monde consacré au mariage précoce des filles. Il analyse et expose les causes et le coût humain du mariage précoce dans les pays et régions du globe où il est le plus fréquent. A travers des témoignages et des analyses d’experts, le rapport met aussi en exergue les programmes innovants et efficaces qui, de la Zambie à l’Afghanistan, permettant de s’attaquer aux facteurs de cette pratique néfaste.


    votre commentaire
  • Voici notre réponse à la derniére lettre de cheickné.

     

     

    Bonjour,

    Comment va tu ? Nous ça va bien. Le beau temps est de retour. C'est le printemps. C'est la saison où les fleurs poussent, les arbres redeviennent vert et les oiseaux chantent.. C'est trés agréable de se promener dehors. Voici une photo de notre jardin. Et toi, tu peut nous faire un dessin de l'endroit où tu vis.

    Avant les vacances, Abigaël est partit en Allemagne. C'est un pays à la frontiére de la france où ils ne parlent pas la même langue que nous. Elle t'a rapportés une carte que nous t'envoyons. Elle est toute brillante. Te plait-elle

     

    Nous esperons que tu reçois bien nos lettres. Nous avons hâte d'avoir de tes nouvelles.

    Gros bisous

                             Tes marraines

                      Abigaël et Nadège

     

    Nous avons envoyés avec cette lettres plein de petits cadeaux : Deux petites voitures, un frisbee en tissus pliable, une casquette micket, une petite boite qui fait un bruit d'oiseau qu'en on la secoue, un bracelet en bois, des photos et une carte postale.

     

     

     


    votre commentaire